Celui qui …

Voilà aujourd’hui je te parle d’un truc qui me rend dingue ! Oui oui carrément !

Pour planter le décor, je suis une personne qui observe beaucoup les autres et qui écoute les contenus et qui peut les répéter dans sa tête plusieurs jours. Cela me permet de mieux connaître mon entourage.

Je peux donc t’annoncer officiellement qu’il y a des phrases que je ne souhaite plus dire.

Je suis persuadée que chaque âge, chaque passage de la vie à son lot d’apprentissage au delà de l’enfance. Cette année, j’aurai 27 ans, ces trois dernières années ont été des années fortes. Elles m’ont autant pris qu’apporté. Je me sens mieux armée pour vivre ma vie comme je la conçois. J’ai appris à mieux m’écouter et c’est pour moi le plus dur des apprentissages. S’écouter, c’est s’offrir la possibilité d’exister pleinement, de vivre pour soi et par soi-même. Je suis quelqu’un de sociable mais j’ai appris avec les années à faire le tri, avant je m’efforçais de tolérer tout le monde, maintenant plus. Lorsque l’idée d’une reconversion m’est venue et que j’en ai parlé, on m’a souvent demandé pourquoi j’allais infliger ça à mes enfants, on m’a dit que c’était égoïste. Peut-être que ça l’est mais finalement ne vaut-il pas mieux que je me sente épanouie plutôt que sans âme dans un travail,un contexte qui m’achevait à petit feu. S’écouter, c’est accepter de perdre des gens, de faire face, de ne plus mettre autant de forme à ses propos qu’avant, s’est assumé encore plus ses positions mais c’est avant tout exister pour soi.

Alors forcement, ce n’est pas toujours facile. Mais finalement nous n’avons qu’une vie est le but est de la vivre pour nous-même avec ceux que l’on aime et non de la vivre pour les autres ou à travers eux.

Depuis fin août 2017, je suis en formation et j’ai eu la grande surprise d’entendre à plusieurs reprises cette magnifique phrase. Pour te dire, je l’ai tellement entendue que j’ai même fini par l’utiliser quelque fois aussi pour me convaincre moi-même.

 » Oh mais tu sais, tu as choisi… c’est la vie « 

Alors oui, oui et oui encore ! J’ai choisi de refaire une formation, d’essayer quelque chose de nouveau MAIS n’ai-je pas le droit parfois de trouver cela dur.

Dur de conjuguer vie familiale, vie scolaire, les activités annexes, la famille etc. Oui bien sûr que j’ai choisi et j’en suis fière. Oui parfois je râle et qu’est-ce que ça me fait du bien. Mais qu’est-ce qu’un « oh mais ma chérie tu sais tu as choisi, c’est la vie ça va passer » apporte ?

C’est comme quand tu as un enfant qui ne fait pas ses nuits et que tu vas dire à ses parents au bord du gouffre « bah oui mes amis, vous avez choisi d’avoir un enfant ! C’est la vie…  » C’est quand même hyper réconfortant, non ? On pourrait la retourner à toutes les sauces, genre tu as quitté ton mec mais tu as choisi, c’est la vie tu en trouveras un autre donc forcement tu ne dois pas souffrir. Non désolée, ça ne me parle pas ou plus.

Voilà le genre de phrases que je veux bannir de mon vocabulaire. Ce sont des phrases inutiles et nocives.

C’était donc ma première phrase type, voici la deuxième.

Le fameux « ça va »

Effectivement, je te parle bien de la réponse qu’on est beaucoup à donner quand on nous demande comment on va ?

Mais « ça va » qu’est-ce que ça veut dire ? Tu vas bien, tu vas mal, tu ne veux pas en parler, tu ne te l’es pas demandé. Bref tout et rien.

Alors oui , mieux on connaît la personne mieux on peut percevoir son ressenti mais est-ce que ça ne serait pas plus simple pour chacun de dire les choses.

Par exemple aujourd’hui je ne vais pas bien mais je n’ai pas envie d’en parler, les choses sont dites, le cadre est posé et la personne en face n’a plus à se demander quinze fois si oui ou non elle doit intervenir et on arrive clairement sur une base de communication plus saine. Au contraire si on est rempli de joie et qu’on l’exprime clairement je vais bien aujourd’hui même très bien, ça devient contagieux.

Pourquoi donner un masque à notre relation, à notre ressenti, à soi-même. Qu’en tire-t-on comme bénéfice? Actuellement ce schéma va à l’encontre de ce que j’essaie d’instaurer avec mes enfants, le fait d’exprimer ce qu’ils ressentent, qu’ils n’aient jamais honte de leur sentiment quel qu’il soit. Je ne demanderai jamais à quelqu’un de me parler d’une chose dont il ne se sent pas apte mais j’espère que cette même personne saura toujours que si elle en a besoin je suis là et que parfois une information un peu plus franche qu’un « ça va » peut changer tout l’impact d’une discussion.

Interagir c’est quelque chose de compliqué mais donnons peut-être la chance de rendre cela plus vrai, plus direct, plus simple.

Aujourd’hui, je souhaite simplement aller à l’essentiel, alors si toi aussi tu as des phrases que tu as banni de ton vocabulaire n’hésite pas à m’en faire part, je serai ravie de faire de même !

Sarah

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s